Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Manfred Mann's Earth Band "The Good Earth" Vintage Greenwashing.

Publié le par disch

Manfred Mann's Earth Band "The Good Earth" Vintage Greenwashing.

Alors que chaque industriel se vante aujourd'hui de planter trois peupliers à l'autre bout du monde pour chaque tonne de dioxine déversée dans l'océan, que le représentant poivre et sel du Chat Machine et son petit coin de verdure appartiennent déjà à la grande histoire de la mauvaise publicité, la caution écologique fait partie intégrante de notre quotidien. Loin des grands idéaux, l'argument commercial et déculpabilisant a depuis longtemps pris la place de l'incitation au vrai retour à la terre.

A contrario Il y a quarante ans, quand les premiers écologistes s'inquiétaient déjà de l'avenir de la planète, tout à leur belle utopie, l'engagement se révélait bien plus concret. Ainsi en 1974, Manfred Mann, passé sans soucis de son rôle de second couteau du mouvement beat des années 60 à celui de second couteau du rock progressif avec sa formation l'Earth Band proposait ni plus ni moins que d'acquérir une parcelle de terre galloise avec son disque ! Le bel humus fertile s'affiche en grand pour une illustration d'album pour le moins audacieuse, avec son cortège de faune, de flore et de bonne conscience écologique.

Manfred Mann's Earth Band "The Good Earth" Vintage Greenwashing.
Manfred Mann's Earth Band "The Good Earth" Vintage Greenwashing.
Manfred Mann's Earth Band "The Good Earth" Vintage Greenwashing.
Manfred Mann's Earth Band "The Good Earth" Vintage Greenwashing.

A l'intérieur, un petit jeu de découpage attendait le futur propriétaire qui sous couvert d'un retour prompt par courrier se voyait offrir un pied carré de terre (soit environ 31cm X 31cm, un peu juste pour pique-niquer en famille le dimanche) et la certitude d'avoir fait tourner notre chère Gaïa dans le bons sens. La démarche alla cependant au-delà du seul symbole puisque apparemment la colline boisée en question fut ainsi préservée des affres de l'industrialisation.

Autre temps, autres mœurs l'engagement d'alors était bien plus collectif et les hommes encore attirés par une vraie vie en communauté avec la nature. En 1968, dans son prophétique roman Tous à Zanzibar, John Brunner, en même temps qu'il décrivait sans le savoir l'avenir avec une effrayante lucidité nous rappelait que l'humanité entière d'alors pouvait tenir sur l'île homonyme (à condition de bien se serrer). Encore humble face à la nature et serviteur de la Terre, l'écologiste d'alors s'affranchissait des contraintes du progrès pour vivre en harmonie sur les plateaux du Larzac ou d'ailleurs. Aujourd'hui mêmes les rêves et les ambitions ne sont plus partagés, chacun préférant un petit geste individuel estampillé équitable à une grande aventure collective.

Manfred Mann's Earth Band "The Good Earth" Vintage Greenwashing.
Manfred Mann's Earth Band "The Good Earth" Vintage Greenwashing.
Manfred Mann's Earth Band "The Good Earth" Vintage Greenwashing.

Du bel idéal de Manfred Mann (toujours actif aujourd'hui), il reste donc une colline en friche, et surtout un disque honnête et inspiré, sorti en 1974, alors que le genre progressif, alors à son zénith s'apprêtait à mourir étouffé par sa propre démesure. En récupérant un exemplaire d'époque, on peut voir si le mélomane avait ou non en lui l'âme verte... Malheureusement, la date limite pour faire valoir ses droits à cette étrange propriété à Llnacerchyrfa expirant fin 1975, la belle aventure ne pourra se vivre que par procuration, en écoutant par exemple le très réussi Sky High, pièce instrumentale énergique, représentative de la musique du Manfred Mann's Earth Band

Commenter cet article

Angus Proctor 28/06/2014 02:42

Mon amis! - I was looking for a photograph of the inner sleeve of Manfred Mann's 'The Good Earth' when I found your website. My father, Terence, wrote the letter on behalf of his company 'Economic Forestry Group' (the EFG logo on the letter) to Manfred's representatives describing the land purchased on their behalf. The title to your article uses the modern terminology of 'greenwashing' which I think is more than a little harsh.
The early 1970s were far more idealistic than the 2nd decade of the new millennium, Manfred Mann had renamed his band the Earthband, and the title of the album was 'The Good Earth'. I think, in the context of it's time, the album was a call to awaken modern music lovers to the rampant destruction of the environment. To that end, each purchaser of the album could cut off the corner of the inner sleeve, complete their details and have one square foot of land registered in their name so that the land would never be developed in the future. My father is now retired and spends more than 1/2 of his time in France. Regards!