Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.

Publié le par disch

Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.

Alors qu'aujourd'hui, on ne se projette dans l'avenir que pour prédire quel cataclysme nous emportera le premier, ou plus souvent encore pour appréhender l'échéance de son prêt immobilier, le futur fantasmé de la fin des années 60 fait office de véritable bain d'insouciance. Durant cet âge d'or, regarder loin devant était la norme et la musique savante arrivait même à toucher un public plus large, déjà sensibilisé aux sons d'avant-garde et à l'improvisation par des artistes tels que Soft Machine, Captain Beefheart ou Frank Zappa. Pierre Henry, Pierre Schaeffer, Karl-Heinz Stockhausen et d'autres pouvaient présenter leurs œuvres aux oreilles averties et Philips lançait alors Prospective 21e siècle, une collection qui allait se distinguer par sa qualité, son audace mais aussi à travers une signature graphique singulière.

Ce n'est pas moi qui suis en avance sur mon époque, mais plutôt les gens qui sont en retard sur la leur !

Edgar Varese

Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.
Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.
Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.

Fantastique recueil d'innovations, les plus grands expérimentateurs de leur temps ont ainsi contribué au prestige de ce label, aujourd'hui indissociable de ces pochettes irisées, source de jeux de lumières, attisant la curiosité et en adéquation complète avec le contenu musical. A la fois complexes mais néanmoins accessibles, ces illustrations mettaient à l'honneur le gris métallisé, décliné sous toutes ses coutures. Encore aujourd'hui on constate à quel point ces coloris et ces textures restent synonymes de futur, de progrès et d'anticipation dans l'imaginaire collectif, et survoler le catalogue des enregistrements n'est pas une expérience moins stimulante qu'il y a quarante ans.

Mais plus étonnant encore, ce design futuriste (dont de succinctes recherches via internet ne m'ont pas permis de retrouver le ou les auteurs) a été à la même époque utilisé pour promouvoir la collection de littérature de science-fiction "Ailleurs & Demain" aux éditions Robert Laffont. Même visuel, même investissement dans le futur, même qualité des œuvres mises en avant (où se côtoient Philip K. Dick, Fritz Leiber, John Brunner ou Frank Herbert), on tient vraiment dans ses mains les deux pendants d'une même idée d'un art résolument axé vers l'anticipation et la modernité. Car même si la science-fiction publiée chez "Ailleurs et Demain" dépasse de très loin les simples problématiques scientifiques et futuristes qui caractérisaient le genre vingt ans auparavant pour investir aussi les sciences humaines et sociales, il suinte à travers elle une envie dévorante de connaitre et d'appréhender l'avenir, de le questionner avec autant de passion que le faisaient les musiciens d'avant-garde.

Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.
Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.

Mais pourquoi ce gris et ses reflets inspirait-il autant ce sentiment futuriste de manière quasi immédiate ? Sans doute l'acier et l'inox qui se généralisaient alors, contemporains de la reconstruction d'un monde que l'on espérait enfin un peu meilleur inspiraient-ils en l'avenir un sentiment de confiance presque instinctif. Une voiture en gris métallisé, option indispensable s'il en est, et le vingt-et-unième siècle arrivait directement dans votre garage. D'autres domaines de la création subissaient d'ailleurs cette influence, ainsi les robes de Paco Rabanne (dès 1966) véritables armures de métal et d'élégance participaient aussi à ce grand imaginaire collectif.

Prospective 21e siècle (Philips) / Ailleurs et demain (Robert Laffont) Quand le futur était gris métallisé.

Si l'acier reste encore synonyme de qualité et de sobriété, la confiance et l'espoir que l'on nourrissait alors en l'avenir semble quant à lui bel et bien envolé. Même éloignées du grand public, la littérature de science-fiction (phagocytée aujourd'hui par la fantasy) et la musique expérimentale s'accordent toujours avec bonheur. Récemment, le collectif nordiste Art Zoyd a mis en musique trois nouvelles de Philip K. Dick en un spectacle stupéfiant et captivant où les images oniriques de l'écrivain paranoïaque se lient naturellement aux recherches sonores du groupe: "Trois rêves non valides". Comme d'autres, ils nous rappellent sans relâche que la vérité est sans doute ailleurs.

Sautez dans l'urinoir pour y trouver de l'or. Je suis vivant et vous êtes tous morts !

Philip K. Dick - Ubik

Commenter cet article